400_F_10845179_UQibQZH4Il0pDzC996pu8RouaZC32WDM

Le petit déjeuner oublié refroidit, le feu chante…

Pensif, le Balthazar de bois contemple la joie de chacun, me semble-t-il…

Lilaë arrête de babiller, regarde Jan et l’interroge :

« Dis, chez toi, c’est Balthazar qui passe ? C’est pas l’Père Noël, j’suis sûre »…

Une lueur dorée s’allume dans les yeux de Balthazar, imperceptiblement,

le Chien de bois remue la queue…

C’est peut-être l’effet du reflet des flammes, mais comment se fait-il que

Melchior et Bill viennent se coucher auprès de lui

en posant une patte sur le pied de Balthazar ?……

La journée s’étire en rires, en tendresse partagée,

avec les chants que tous reprennent ensemble.

Une ballade sous le ciel léger, le soleil pâle irise la neige qui tient…, il fait froid !

Vers le soir, l’air devient de plus en plus piquant,

le vent furtif arrive en catimini coupant comme un rasoir…

LPS1222

Ils retrouvent avec plaisir, le havre chaleureux parfumé

de cannelle, d’orange, de mimosa ;

sur la longue table, les « mendiants » attendent d’être croqués.

Pêle-mêle, Lilaë s’installe avec les chiens, les chats

au pied de Balthazar près de la cheminée… Ouf…

« Tu racontes encore Papé »,

fait Lilaë en caressant le bois blond du berger.

Bougies et caleils sont allumés.

Damien jette une brassée de bois dans l’âtre.

Chacun s’installe à son gré.

Le feu chante, la nuit frappe aux carreaux

de ses doigts bleus bagués d’argent.

fee_15

6ykiz5lb

… Chut… Jan reprend…

à suivre...