008917

Le repas les attend ;

les braises rougeoyantes créent une demi-pénombre

où brillent doucement les cuivres,

les guirlandes, les boules du sapin ;

un verre étincelle dans la mouvance du feu ranimé par Jan.

Un parfum de fête flotte dans la grande cuisine,

s’insinue dans tout le Mas Balthazar ;

les caleils à l’extérieur sous le porche

brillent de leurs flammes légères ;

au clos des Avettes, Jan a planté un sapin,

chaque ruche a reçu un rameau d’olivier, gage de Paix.

Lilaë s’endort après avoir picoré près des uns et des autres,

étourdie de joie et d’attente, elle a eu le temps de murmurer :

« Demain, tu raconteras encore, papé ? ».

Jan a promis. Ils veillent tard.

Sans faire de bruit, cadeaux et friandises prennent place

au pied du sapin entre la crèche et la cheminée.

Avec précaution, Florent

déroule le papier brun qui enveloppe

une longue et large caisse, apportée dans la salle

par Brice et Damien.

Jusqu’à présent, elle était restée cachée dans la réserve.

L’ouvrant, ils dégagent des copeaux,

une magnifique statue de bois aussi haute qu’eux.

Avec patience et adresse,

les Anciens, les uns après les autres l’ont sculptée.

C’est un berger avec son chien.

Délicatement, Florent sort des copeaux un agneau finement ciselé,

le place sur les épaules du berger.

LPT10516

Que de temps a-t-il fallu, de patience,

de savoir pour aboutir à cette harmonie !

« Voici Balthazar, le Maître du Mas.

Nous pensons que mon grand-père l’a terminé ;

il a dû accompagner mon père, moi, ensuite Florent,

Brice et c’est le tour de Lilaë » explique Jan.

Personne ne dit mot, trop admiratifs et émus.

Balthazar, le chien et l’agneau semblent

prendre vie dans la lueur dominante des flammes.

Dehors, la nuit est silence ; ouvrant la porte-fenêtre,

une pluie d’étoiles filantes les éblouis,

le sol moiré d’argent semble venir d’ailleurs.

Puis, ayant refermé,

les chiens revenus après leur sortie nocturne

tout ébouriffés de froid,

chacun se dit bonne nuit et regagne sa chambre.

Jan recouvre le feu moins vivace sous sa couette de cendre,

Melchior et Bill s’étalent devant la cheminée,

Belledejour et Bengalou se nichent au creux d’un fauteuil.

Jan caresse le berger de bois puis, ayant « mouché les chandelles »,

rejoint Damelys qui l’attend.

Debout devant la fenêtre de leur chambre dont les rideaux ne sont pas tirés.

img_thingCAYQOP7L

Enlacés, tous les deux contemplent

les étoiles dans leur écrin de velours ;

silencieusement, ils remercient. …

Le Mas Balthazar s’endort…

Seul un caleil veille de sa lueur tremblante

perché sur le coin de la cheminée !

gifs_bougies_20

C’est la belle nuit  givrée d’or pâle!…

à suivre...